cialis

Rechercher
une unité
de production

> Cliquez ici

Rechercher
un document
dans la bibliothèque de documentation


Assemblée Générale du 7 décembre 2017

C’est le 7 décembre 2017 que Michel Sollier, Président du SNPB donnait lecture de son rapport moral et financier, photographie de l’activité syndicale au cours de l’année écoulée :



Pour la seconde fois de mon mandat, je vais vous faire mon rapport moral et financier ; au-delà du quitus que je vous demanderai de bien vouloir m’accorder à la fin de ma présentation, c’est la qualité du travail accompli par le SNPB que je vous demanderai d’apprécier.

Le dynamisme d’un syndicat, se mesure non seulement par le nombre de nouveaux adhérents qu’il est capable d’attirer à lui, mais surtout par la qualité de ceux qui le rejoignent. Le SNPB y est d’autant plus vigilant, que représentant environ 80% de la profession, le SNPB n’a pas de problème de représentativité.

En 2017, le SNPB a accueilli donc 4 nouveaux adhérents
- pour mémoire au premier semestre
? TRANSPORTS VITALE à 62880 PONT A VENDIN dans les Hauts de France
? CBS BSC 17200 à ROYAN en Nouvelle Aquitaine
? FLANDRES BETON à LOON PLAGE dans les Hauts de France
En sus de ces trois entreprises auxquelles nous souhaitons la bienvenue dans notre syndicat, nous avons plusieurs autres candidatures en cours.

Avec 115 adhérents contre 112 en 2016, le SNPB est a maintenu ses effectifs en 2017 même si nous avons vu quelques entreprises nous quitter en raison de cessation d’activité, souvent à cause de difficultés économiques liées à la longue et dure crise que nous venons de traverser.
Déjà l’année dernière je vous avais rappelé combien il est important que tous nos Adhérents, participent à la vie syndicale tant régionale que nationale ; je suis bien obligé de constater aujourd’hui que je n’ai pas été beaucoup entendu : plusieurs Présidents de Collèges ne participent toujours pas aux réunions du Conseil d’Administration et la présence dans certains collèges laisse à désirer. C’est dommage, c’est autant d’occasions manquées de faire progresser les travaux du SNPB et de dialoguer avec nos confères du SNBPE.

A propos de la vie statutaire, quitte à me répéter, je rappelle à nouveau combien les rencontres entre les collèges régionaux SNBPE et SNPB sont importantes et d’autant plus que nous partageons le même métier, le nôtre consistant à compléter les outils de livraison avec nos pompes. Au moment où l’activité repart, il est indispensable que nous échangions, si nous ne voulons pas que cette reprise se traduise par des remises en question de la qualité de nos prestations, à commencer par la sécurité des opérations de pompage.

Les relations entre nos deux professions sont notamment décrites dans une Charte que le SNPB et le SNBPE ont signée pour la première fois en 2011 puis renouvelé en 2014, à chaque fois pour une période de 3 ans. Nous devons donc la renouveler une troisième fois, mais avant de le faire, nous allons avec le Bureau du SNBPE, nous donner le temps de la relecture. Je vous propose par conséquent de procéder à ce renouvellement le 14 mars prochain dans le cadre du Comité Directeur du SNBPE élargi à ses Présidents de Collèges et aux membres du Conseil d’Administration du SNPB.

Je voudrais revenir sur la sécurité, qui en 2017 aura été marquée par :
- La préparation de la mise en place de l’AIPR au 1° janvier 2018 : nos entreprises ont dû faire passer l’AIPR à leurs techniciens de pompes à béton et leurs encadrants. Pour cela nous disposions des services de CEFICEM et de divers centres d’examens agréés.
- A l’occasion du passage du QCM de l’AIPR, l’attention de nos salariés a été attirée sur les DT – DICT ; ces deux procédures ne sont pas une découverte pour le SNPB qui les avait noté depuis longtemps dans sa fiche de prise de commande de pompe à béton. Cependant désormais, nous devons préciser deux points :
1. Qui doit faire établir une DT – DICT ? L’entreprise de mise en œuvre répondons nous mais alors le SNPB devra bien préciser que ses adhérents ne participent pas à la mise en œuvre du béton
2. Le conseil à donner aux adhérents lorsqu’ils constateront l’absence de ce DT –DICT ;
Parce que le sujet est complexe et que les réponses à apporter ne sont pas évidentes, le SNPB a demandé à l’Unicem d’effectuer une consultation juridique auprès d’un avocat spécialisé. En retour, nous avons reçu une réponse très détaillée, appuyée sur une jurisprudence fournie qui maintenant demande une analyse fine de notre part et de celle de nos juristes d’entreprise.
- Le SNPB s’est également interrogé sur la nécessité ou pas de doter les salariés de ses adhérents de la carte du BTP dont les dispositions « ne s’appliquent pas aux employeurs dont les salariés exercent les métiers suivants, même lorsqu'ils travaillent sur un site ou un chantier de travaux de bâtiment ou de travaux publics : architectes, diagnostiqueurs immobilier, métreurs coordinateurs en matière de sécurité et de protection de la santé, chauffeurs et livreurs ». Donc a priori, nous n’y sommes pas soumis, mais là encore, il faut que nous soyons clairs sur notre rôle de livraison du béton et en aucun cas de sa mise en œuvre.

2017 aura aussi été marqué par le second renouvellement de La Certification de compétence de nos formateurs par l’AFNOR dont le thème aura été l’anticipation des situations á risque. Chaque certifié s’est vu présenter une situation à risque et il aura été évalué sur sa capacité à réagir face à ce type de situation.
Dans le cadre de ce second renouvellent :
- 15 formateurs ont été renouvelés
- 2 sont inscrits
- 2 sont souffrants mais vont s’inscrire
- 8 n’ont pas donné suite aux relances de l’AFNOR et du syndicat ; sans inscription de leur part au 31 décembre 2017, leurs dossiers seront clôturés et ils perdront leur certification.
Les retours sont bons, comme pour les 1ers renouvellements, les formateurs confirmant leur savoir-faire dans le domaine. Les 4 cas ont été proposés et paraissent équilibrés.
Les notes vont de 18 à 23 sur 25 points. La seule difficulté que peuvent rencontrer certains formateurs est leur expression écrite (difficulté à décrire par écrit ce qu’ils veulent dire) mais qui est compensée par un bon rendu à l’oral lors de l’évaluation. Chaque étude de cas a été passée et évaluée. Les situations ont été bien conçues.

En ce qui concerne la Commission Promotion que préside Jean Marie Modica, a souhaité précisé l’approche économique de la valorisation de la solution pompage en faisant appel à Philippe Sapin, Bureau des Méthodes à Toulouse.
Pour la résumer, nous pouvons dire que l’étude conclut qu’en termes de gestion de risque, le pompage en accélérant le planning entraîne un surcoût journalier en cas d’immobilisation (intempéries…) ou d’aléas (pannes, livraisons…) alors qu’en termes de productivité le pompage conduit à une réduction des délais qui permet l’étude et la réalisation de chantiers supplémentaires donc une amélioration de l’amortissement des frais.
En 2018, Jean Marie Modica et sa Commission Promotion poursuivront ce travail en mettant en place un tableur qui pourrait être construit afin d’aider les prescripteurs dans leur dialogue avec les prescripteurs pour mettre en évidence les frais de chantier / jour

Reste le volet financier de mon rapport, avec la prévision de résultats au 31 décembre 2017 et la présentation du budget 2018.
Le Conseil d’Administration a voulu rester très prudent en ce qui concerne les recettes liées aux cotisations, car si l’activité repart, elle reste essentiellement liée au logement sur l’avenir duquel nous manquons encore de visibilité quant aux politiques gouvernementales.

Je redis encore une fois, que nos appels de cotisation demeurent toujours incertains du fait de l’absence de réponse par plusieurs entreprises à l’enquête annuelle adressée par l’Unicem alors que les résultats sont garantis de la plus totale confidentialité.
En ce qui concerne l’année 2018, le Conseil d’Administration vous propose un budget dont les charges demeurent diminuent pour retrouver le niveau du budget 2017. Par ailleurs nous prévoyons des cotisations en augmentation de 4.5 correspondant à celle attendue de la production de BPE en 2017.


A présent, parvenu au terme de ce rapport moral et financier, je demande à l’Assemblée Générale de bien vouloir m’en donner quitus.

C’est bien volontiers que l’Assemblée générale a donné au Président Sollier quitus de son activité et de sa gestion au titre de l’année 2017.

Réalisation BY AGENCY Interactive

Inscription